VATCHAPUJ

Misogi, nommé d'après un rituel de purification shintoiste, est une installation sonore et plastique, basée sur l'eau, le bambou et la lumière noire.
S'interrogeant sur la notion de purification par le son , le collectif Vatchapuj crée un dispositif permettant de contrôler des gouttes d'eau tombant dans des bols amplifiés par des hydrophones.
Le son de l'eau ainsi que la résonnance des bols sont intégrés dans une composition musicale rythmique et organique, jouée en direct par le collectif.
Les musiciens jouent de leurs instruments respectifs et interagissent sur le dispositif, créant ainsi une performance musicale et visuelle.

UNE CHORÉGRAPHIE RITUELLE

Au même titre que le collectif Vatchapuj cherche à confronter les styles musicaux et  les cultures, Misogi oppose à cette même purification la notion de pollution. La présence de lumière noire intégrée au bambous permet de dévoiler cet autre aspect de l'eau, phosphorescente par l'ajout d'un composant chimique.

Une première étape de ce travail à été réalisée à Pun Pun, une ferme organique à Maejo, en Thailande.
Le travail à été effectué en partenariat avec le sculpteur Pi Nok, et des artisans locaux, incluant la sélection et la taille des bambous, la création de pièces montables et démontables à l'aide de bois tourné, l'emplacement des lumières au sein des structures et la mise en place du système électronique.
L'assemblement de toutes les parties, la programmation électronique ainsi qu'une première présentation publique a ensuite eu lieu à Sangdee Gallery à Chiang Mai, Thailande.

La seconde partie de cette installation sera réalisée en France, et consistera à mettre en place un réseau d'irrigation des électrovalves dans un système de tuyaux transparents amplifiés. L'installation sera alors enrichie d'un ensemble de capteurs permettant une interaction directe avec le public.


Misogi, named after a Shinto purification ritual, is an art and sound installation, based on water, bamboo and black light.
Exploring the notion of purification by sound, Vatchapuj collective creates structures which control drops of water that fall into metal bowls amplified by hydrophones (underwater microphones).
The sound of the water and the resonance of the bowls are integrated in a rhythmic and organic musical composition, played live by the collective.
The musicians play their respective instruments and interact with the structures, creating a musical and visual performance.

A RITUAL CHOREGRAPHY

In the same way that Vatchapuj explores the confrontation between musical styles and cultures, Misogi opposes purification to pollution. The black lights integrated into the bamboo structures highlight another aspect of the water: it's been made phosphorescent by the addition of chemicals.

The first stages of the project were completed at Pun Pun, an organic farm in Maejo, Thailand.
The work was accomplished in partnership with the sculptor Pi Nok and local artisans, including the selection and cutting of the bamboo, the building of wooden joints for erecting and breaking down the structures, the integration of black lights inside the bamboo, and the implementation of an electronic control system.
Final assembly, electronic programming and a first public presentation of the work-in-progress took place at Sangdee Gallery in Chiang Mai, Thailand.

The second stage of this installation will take place in France and consists of a network of amplified transparent tubes between structures, channeling water controlled by electro-valves. A system of pick-ups and triggers will allow the public to interact directly with the network, adding a new dimension to the Misogi experience.